Kaspersky Anti-Spam 3.0

Kaspersky Anti-Spam est un logiciel conçu pour protéger les utilisateurs des systèmes de messagerie électronique d’entreprise ainsi que les clients des fournisseurs d’accès Internet contre le courrier indésirable.

FONCTIONS


PROTECTION CONTRE LE SPAM

Listes. Le logiciel vérifie si l’adresse de courrier électronique et l’adresse IP de l’expéditeur du message figurent sur les listes noires dressées par les fournisseurs d’accès et divers groupes (c’est ce qu’on appelle les listes DNSBL). L’administrateur peut également dresser ses propres listes « amies » avec les adresses d’expéditeurs dont les messages seront toujours acceptés, ce qui permet d’éviter l’analyse.

SPF et SURBL. Lors du filtrage, l’expéditeur est autorisé ou non selon la technologie SPF (Sender Policy Framework). Et en complément des listes DNSBL, la technologie SURBL (Spam URL Realtime Block List) est déployée. Cette dernière identifie les URL de spams dans le corps du message.

Analyse des signes formels du message. La modification de l’adresse de l’expéditeur, l’absence de destinataires ou le nombre trop important de ceux-ci, l’absence de l’adresse IP dans le système des adresses Internet DNS, etc. sont autant d’indices d’un message non sollicité. Le message est également analysé en fonction de sa taille et de son format.

Analyse des signatures. Pour chaque message non sollicité, il est possible de créer automatiquement une signature lexicale qui permettra d’identifier toutes les variantes de ce message.

Heuristique linguistique. Le message est analysé pour voir s’il contient des éléments propres au courrier indésirable : présence d’un certain groupe d’expressions particulières et leur distribution dans le message. Le serveur de filtrage analyse non seulement le texte du message mais également les pièces jointes.

Messages non sollicités graphiques. A l’aide d’une base de signatures graphiques, l’application bloque les messages non sollicités qui diffusent de l’information sous forme d’image et non plus de texte.

Requête UDS en temps réel. Si le message reçu n’a pas pu être identifié à 100 % (courrier indésirable ou normal), une requête est envoyée au serveur UDS. Celui-ci abrite les données relatives aux modèles les plus récents. Les informations relatives aux nouveaux courriers indésirables sont ajoutées dès qu’ils sont découverts par les analystes.


ADMINISTRATION

Configuration souple. L’interface permet de gérer l’application aussi bien localement qu’à distance. L’administrateur définit la « taille des mailles du filet », le contenu des listes d’expéditeurs amis ou ennemis, active ou désactive telle ou telle règle de filtrage, bloque les messages à code de caractères orientaux.

Administration de groupes d’utilisateurs. L’administrateur peut créer des groupes distincts d’utilisateurs, aussi bien à l’aide d’adresses que de masques de domaine (exemple : *@???.domain.com). Chaque groupe peut avoir ses propres configurations et règles de filtrage ainsi qu’une logique différente pour le traitement des messages.

Logique de filtrage. Il est possible de définir différentes actions en cas de découverte d’un message non sollicité, il peut être supprimé automatiquement, l’expéditeur peut recevoir une notification de refus du message, le message ou une copie peut être placé dans un répertoire de quarantaine.

Rapports détaillés. L’administrateur peut contrôler le fonctionnement de l’application, l’état de la protection contre le courrier indésirable et le statut de la licence grâce à des rapports clairs au format HTML ou en consultant les fichiers logs. Les rapports peuvent être exportés au format CSV ou Excel.

Mise à jour des bases. Les mises à jour des bases principales ont lieu selon l’intervalle défini par l’administrateur (par défaut, il s’agit de toutes les 20 minutes). Le cas échéant, l’application contacte en temps réel le serveur UDS au sujet de messages « suspects ».


CONFIGURATION REQUISE

Configuration matérielle :

  • Processeur Intel Pentium III 500 Mhz ou supérieur (Intel Pentium IV 2,4 MHz recommandé);
  • 512 Mo de mémoire vive minimum (1Go recommandé).

Configuration logicielle :

Serveurs de messagerie :

  • Sendmail 8.13.5 avec Milter API.
  • Postfix 2.2.2
  • Qmail 1.03
  • Exim 4.50
  • Communigate Pro 4.3.7

Systèmes d’exploitation :

  • RedHat Linux 9.0
  • RedHat Fedora Core 3
  • RedHat Enterprise Linux Advanced Server 3
  • SuSe Linux Enterprise Server 9.0
  • SuSe Linux Professional 9.2
  • Mandrake Linux version 10.1
  • Debian GNU/Linux version 3.1
  • FreeBSD version 4.10
  • FreeBSD version 5.4

Les utilitaires bzip2, which et l’interprète Perl sont indispensables.

 

iddn © 1997-2016 - Eur'Net - F 63120 VOLLORE MONTAGNE | Maj V 3.9.1.1 | Sitemap XML | @eurenet & @antivirusfrance | RSS | (Protection des données personnelles / Mentions Légales)