Twitter
Twitter
Facebook
Kaspersky Partner
Twitter
Facebook
Kaspersky Partner

Conseils

Telegram est sécurisé


samedi 21 janvier 2023

Telegram n’est pas aussi sûr que ses développeurs le prétendent.

Les développeurs de Telegram présentent leur produit comme sûr et protégé. Mais en pratique, ce n’est pas tout à fait vrai : la réalité est que Telegram a un certain nombre de particularités qui rendent la protection de vos messages un peu difficile, et cela n’a rien à voir avec les complexités de la cryptographie, mais plutôt avec des choses plus prosaïques. Voyons quelques caractéristiques plutôt douteuses de l’interface et de la logique générale de l’application qui la rendent moins sûre qu’on le croit communément.

Presque tous les messageries instantanées modernes ont depuis longtemps basculé vers l’échange de données chiffrées entre les appareils utilisateurs et les serveurs. C’est le minimum absolu que toute messagerie devrait fournir.

Les propriétaires des services de messageries peuvent s’avérer trop curieux ou avides. Même si nous supposons qu’ils sont honnêtes à la base et n’ont pas envie de fourrer leur nez dans les données des utilisateurs, comment garantir que, si le service est un jour vendu, les prochains propriétaires seront aussi honnêtes? Et bien sûr, le service pourrait être piraté, auquel cas les pirates eux-mêmes auraient accès à la correspondance.

Il y a un moyen très efficace d’éviter tous ces dangers et de répondre définitivement à la question de savoir si le service peut être fiable : le chiffrement de bout en bout. Cela garantit que les informations sont chiffrées sur l’appareil de l’expéditeur et déchiffrées uniquement sur l’appareil du destinataire. Ainsi, le service ne transmet que des messages chiffrés et n’a pas accès au contenu. Cela protège automatiquement la correspondance des propriétaires curieux (actuels ou futurs) et des autres problèmes qui pourraient survenir.

Nous arrivons donc à une formule très simple : un messager sécurisé est celui qui utilise le chiffrement de bout en bout. Maintenant, voyons comment Telegram gère tout cela.
…/…

Lire l’intégralité de l’article sur :

Telegram est sécurisé

Telegram n’est pas aussi sûr que ses développeurs le prétendent.

Les développeurs de Telegram présentent leur produit comme sûr et protégé. Mais en pratique, ce n’est pas tout à fait vrai : la réalité est que Telegram a un certain nombre de particularités qui rendent la protection de vos messages un peu difficile, et cela n’a rien à voir avec les complexités de la cryptographie, mais plutôt avec des choses plus prosaïques. Voyons quelques caractéristiques plutôt douteuses de l’interface et de la logique générale de l’application qui la rendent moins sûre qu’on le croit communément.

Presque tous les messageries instantanées modernes ont depuis longtemps basculé vers l’échange de données chiffrées entre les appareils utilisateurs et les serveurs. C’est le minimum absolu que toute messagerie devrait fournir.

Les propriétaires des services de messageries peuvent s’avérer trop curieux ou avides. Même si nous supposons qu’ils sont honnêtes à la base et n’ont pas envie de fourrer leur nez dans les données des utilisateurs, comment garantir que, si le service est un jour vendu, les prochains propriétaires seront aussi honnêtes? Et bien sûr, le service pourrait être piraté, auquel cas les pirates eux-mêmes auraient accès à la correspondance.

Il y a un moyen très efficace d’éviter tous ces dangers et de répondre définitivement à la question de savoir si le service peut être fiable : le chiffrement de bout en bout. Cela garantit que les informations sont chiffrées sur l’appareil de l’expéditeur et déchiffrées uniquement sur l’appareil du destinataire. Ainsi, le service ne transmet que des messages chiffrés et n’a pas accès au contenu. Cela protège automatiquement la correspondance des propriétaires curieux (actuels ou futurs) et des autres problèmes qui pourraient survenir.

Nous arrivons donc à une formule très simple : un messager sécurisé est celui qui utilise le chiffrement de bout en bout. Maintenant, voyons comment Telegram gère tout cela.
…/…

Lire l’intégralité de l’article sur :

Telegram est sécurisé

Telegram n’est pas aussi sûr que ses développeurs le prétendent.

Les développeurs de Telegram présentent leur produit comme sûr et protégé. Mais en pratique, ce n’est pas tout à fait vrai : la réalité est que Telegram a un certain nombre de particularités qui rendent la protection de vos messages un peu difficile, et cela n’a rien à voir avec les complexités de la cryptographie, mais plutôt avec des choses plus prosaïques. Voyons quelques caractéristiques plutôt douteuses de l’interface et de la logique générale de l’application qui la rendent moins sûre qu’on le croit communément.

Presque tous les messageries instantanées modernes ont depuis longtemps basculé vers l’échange de données chiffrées entre les appareils utilisateurs et les serveurs. C’est le minimum absolu que toute messagerie devrait fournir.

Les propriétaires des services de messageries peuvent s’avérer trop curieux ou avides. Même si nous supposons qu’ils sont honnêtes à la base et n’ont pas envie de fourrer leur nez dans les données des utilisateurs, comment garantir que, si le service est un jour vendu, les prochains propriétaires seront aussi honnêtes? Et bien sûr, le service pourrait être piraté, auquel cas les pirates eux-mêmes auraient accès à la correspondance.

Il y a un moyen très efficace d’éviter tous ces dangers et de répondre définitivement à la question de savoir si le service peut être fiable : le chiffrement de bout en bout. Cela garantit que les informations sont chiffrées sur l’appareil de l’expéditeur et déchiffrées uniquement sur l’appareil du destinataire. Ainsi, le service ne transmet que des messages chiffrés et n’a pas accès au contenu. Cela protège automatiquement la correspondance des propriétaires curieux (actuels ou futurs) et des autres problèmes qui pourraient survenir.

Nous arrivons donc à une formule très simple : un messager sécurisé est celui qui utilise le chiffrement de bout en bout. Maintenant, voyons comment Telegram gère tout cela.
…/…

Lire l’intégralité de l’article sur :

%d blogueurs aiment cette page :