Twitter
Twitter
Facebook
Kaspersky Partner
Twitter
Facebook
Kaspersky Partner

News

« L’histoire publiée dans les médias américains est fausse » par Eugene Kaspersky


lundi 6 novembre 2017

Soupconné d’avoir facilité l’espionnage de la NSA par les services secrets russes, Kaspersky Lab multiplie les initiatives et les audits pour prouver son innocence. Le PDG, Eugene Kaspersky, nous livre son point de vue de la situation.

D’après des révélations de plusieurs journaux américains, dont le Washington Post, le New York Times et le Wall Street Journal, les services secrets russes auraient réussi à détecter et voler des données top secret sur l’ordinateur d’un collaborateur de la NSA, avec l’aide de l’antivirus Kaspersky. Le PDG, Eugene Kaspersky, rejette tout acte de collaboration avec le gouvernement russe.


01net: Les médias américains ont récemment révélé une prétendue opération d’espionnage russe utilisant vos produits. Vous dites que ces allégations sont fausses. Pensez-vous vraiment que Kaspersky Lab est victime d’un combat géopolitique ou d’une vengeance?
…/…

Mais pourquoi cibler Kaspersky Lab si rien de tout cela n’est vrai ?
…/…

Selon les médias américains, votre technologie de « signature silencieuse » pourrait être utilisée pour détecter tous types de données sur un ordinateur client. Est-ce vrai? Comment cela marche-t-il? Une « signature silencieuse » peut-elle servir à rechercher des documents « top secret »?
…/..

Quelle est la différence entre l’audit interne que vous avez lancé et l’Initiative mondiale pour la transparence que vous avez annoncée?
…/…

Qui sont ces experts indépendants avec qui vous allez collaborer? Comment les choisissez-vous?
…/…

Vous dites que la loi de surveillance russe ne se concentre que sur les entreprises de télécommunication et les FAI. Mais selon l’association EFF, tous les services en ligne qui chiffrent des communications doivent permettre au FSB d’y accéder et de pouvoir les lire (loi Yarovaya). Avez-vous fourni au FSB les clés de chiffrement que vous utilisez pour sécuriser les communications entre votre client et votre logiciel serveur?
…/..

Aux États-Unis, les injonctions de type « National Security Letters » obligent les entreprises informatiques à se taire à propos des demandes de surveillance. Ce type de loi existe-t-il aussi en Russie? Si oui, comment pourrait-on vous faire confiance?
…/…

Pour rétablir la confiance, pourquoi ne déménagez-vous pas votre siège social dans un autre pays? Plusieurs sociétés de sécurité ont ainsi choisi la Suisse…
…/…

Comment toute cette histoire impacte-t-elle votre entreprise sur le plan économique? Allez-vous fermez certaines de vos filiales américaines?
…/…

Lire la suite 

« L’histoire publiée dans les médias américains est fausse » par Eugene Kaspersky

Soupconné d’avoir facilité l’espionnage de la NSA par les services secrets russes, Kaspersky Lab multiplie les initiatives et les audits pour prouver son innocence. Le PDG, Eugene Kaspersky, nous livre son point de vue de la situation.

D’après des révélations de plusieurs journaux américains, dont le Washington Post, le New York Times et le Wall Street Journal, les services secrets russes auraient réussi à détecter et voler des données top secret sur l’ordinateur d’un collaborateur de la NSA, avec l’aide de l’antivirus Kaspersky. Le PDG, Eugene Kaspersky, rejette tout acte de collaboration avec le gouvernement russe.


01net: Les médias américains ont récemment révélé une prétendue opération d’espionnage russe utilisant vos produits. Vous dites que ces allégations sont fausses. Pensez-vous vraiment que Kaspersky Lab est victime d’un combat géopolitique ou d’une vengeance?
…/…

Mais pourquoi cibler Kaspersky Lab si rien de tout cela n’est vrai ?
…/…

Selon les médias américains, votre technologie de « signature silencieuse » pourrait être utilisée pour détecter tous types de données sur un ordinateur client. Est-ce vrai? Comment cela marche-t-il? Une « signature silencieuse » peut-elle servir à rechercher des documents « top secret »?
…/..

Quelle est la différence entre l’audit interne que vous avez lancé et l’Initiative mondiale pour la transparence que vous avez annoncée?
…/…

Qui sont ces experts indépendants avec qui vous allez collaborer? Comment les choisissez-vous?
…/…

Vous dites que la loi de surveillance russe ne se concentre que sur les entreprises de télécommunication et les FAI. Mais selon l’association EFF, tous les services en ligne qui chiffrent des communications doivent permettre au FSB d’y accéder et de pouvoir les lire (loi Yarovaya). Avez-vous fourni au FSB les clés de chiffrement que vous utilisez pour sécuriser les communications entre votre client et votre logiciel serveur?
…/..

Aux États-Unis, les injonctions de type « National Security Letters » obligent les entreprises informatiques à se taire à propos des demandes de surveillance. Ce type de loi existe-t-il aussi en Russie? Si oui, comment pourrait-on vous faire confiance?
…/…

Pour rétablir la confiance, pourquoi ne déménagez-vous pas votre siège social dans un autre pays? Plusieurs sociétés de sécurité ont ainsi choisi la Suisse…
…/…

Comment toute cette histoire impacte-t-elle votre entreprise sur le plan économique? Allez-vous fermez certaines de vos filiales américaines?
…/…

Lire la suite 

« L’histoire publiée dans les médias américains est fausse » par Eugene Kaspersky

Soupconné d’avoir facilité l’espionnage de la NSA par les services secrets russes, Kaspersky Lab multiplie les initiatives et les audits pour prouver son innocence. Le PDG, Eugene Kaspersky, nous livre son point de vue de la situation.

D’après des révélations de plusieurs journaux américains, dont le Washington Post, le New York Times et le Wall Street Journal, les services secrets russes auraient réussi à détecter et voler des données top secret sur l’ordinateur d’un collaborateur de la NSA, avec l’aide de l’antivirus Kaspersky. Le PDG, Eugene Kaspersky, rejette tout acte de collaboration avec le gouvernement russe.


01net: Les médias américains ont récemment révélé une prétendue opération d’espionnage russe utilisant vos produits. Vous dites que ces allégations sont fausses. Pensez-vous vraiment que Kaspersky Lab est victime d’un combat géopolitique ou d’une vengeance?
…/…

Mais pourquoi cibler Kaspersky Lab si rien de tout cela n’est vrai ?
…/…

Selon les médias américains, votre technologie de « signature silencieuse » pourrait être utilisée pour détecter tous types de données sur un ordinateur client. Est-ce vrai? Comment cela marche-t-il? Une « signature silencieuse » peut-elle servir à rechercher des documents « top secret »?
…/..

Quelle est la différence entre l’audit interne que vous avez lancé et l’Initiative mondiale pour la transparence que vous avez annoncée?
…/…

Qui sont ces experts indépendants avec qui vous allez collaborer? Comment les choisissez-vous?
…/…

Vous dites que la loi de surveillance russe ne se concentre que sur les entreprises de télécommunication et les FAI. Mais selon l’association EFF, tous les services en ligne qui chiffrent des communications doivent permettre au FSB d’y accéder et de pouvoir les lire (loi Yarovaya). Avez-vous fourni au FSB les clés de chiffrement que vous utilisez pour sécuriser les communications entre votre client et votre logiciel serveur?
…/..

Aux États-Unis, les injonctions de type « National Security Letters » obligent les entreprises informatiques à se taire à propos des demandes de surveillance. Ce type de loi existe-t-il aussi en Russie? Si oui, comment pourrait-on vous faire confiance?
…/…

Pour rétablir la confiance, pourquoi ne déménagez-vous pas votre siège social dans un autre pays? Plusieurs sociétés de sécurité ont ainsi choisi la Suisse…
…/…

Comment toute cette histoire impacte-t-elle votre entreprise sur le plan économique? Allez-vous fermez certaines de vos filiales américaines?
…/…

Lire la suite